Une erreur est survenue dans ce gadget

samedi 20 septembre 2008

Les religions en Indonésie

Vous l'avez peut-être remarqué, en ce moment c'est le Ramadan. En France ça ne change pas beaucoup la vie quotidienne, mais dans un pays comme l'Indonésie (l'Indonésie est le plus grand pays musulman du monde) qui compte environ 88% de mahométans, chacun voit son quotidien modifié: le muezzin beugle dès 3h30 au lieu de 4h15, et jusqu'à 22h30 le soir, les gens sont encore plus mous (et c'est pas facile tant ils ne sont déjà pas très vifs en temps normal!), les restaurants se parent de pudiques rideaux, la fréquentation des mosquées augmente, tout comme la longueur des voiles...
Bonne occasion pour que je fasse un petit topo sur les religions en Indonésie.

Depuis 1969 environ, c'est-à-dire l'époque du président Soeharto, une loi organise la religion en Indonésie. Elle stipule que:
- Les indonésiens croient en un Dieu unique. Donc l'athéisme, assimilé au communisme, mais qui de toute façon n'a pas de sens dans l'esprit des indonésiens, et le polythéisme ou le paganisme sont interdits.
- Cinq religions sont autorisées: l'islam, le protestantisme, le catholicisme (les deux sont bien distincts), l'hindouisme et le bouddhisme. La religion est inscrite sur la carte d'identité. Elle est aussi demandée quand, par exemple, on va à l'hôpital.
- Officiellement, aucune religion n'est favorisée, et le culte est totalement libre pour les cinq citées ci-dessus. Dans les faits c'est plus compliqué.

Dans les stats, on a environ: 88% de musulmans, 5% de protestants, 3% de catholiques, 2% d'hindouistes et de bouddhistes. La répartition géographique est très hétérogène: Florès est une île majoritairement catholique, les bataks sont plutôt protestants avec une minorité catho, il y a des cathos aussi en Papouasie, au Timor occidental et sur l'île de Java. Ailleurs, presque rien. Les balinais sont hindouistes, et les bouddhistes sont les Chinois. On les trouve un peu partout, là ou il y a du business à faire.
A Tanjung Pinang, chez moi, il y a 800 à 1000 cathos, dont beaucoup de chinois, sur 300 000 à 500 000 habitants, soit... pas grand chose.

Les indonésiens portent une grande importance à la religion et sont pieux, mais je ne suis pas certain qu'ils aient une foi débordante et réellement toujours profonde. D'une part il reste de fortes traces de superstition héritées des croyances anciennes, encore "en activité" jusque dans les années 70, et d'autre part, la religion est plus un marqueur social qu'autre chose: Quand on est Florès,on est catho, sinon, on est pas Florès, etc.

Savez-vous pourquoi les bataks et les Florès sont chrétiens? Parce qu'en 1969, ils ont dû "choisir" parmi les religions autorisées, et ont pris les plus libérales en matières de mœurs, d'alimentation, ... Ici, être catho, c'est être moralement libéral (mais sans rien trahir aux idéaux de l'Église, bien entendu!). De façon surprenante, ils se sont sérieusement convertis, et en deux générations, sont devenus de "vrais" chrétiens, laissant pour l'essentiel tomber les croyances anciennes (enfin, en gros). A titre d'exemple, presque tous les séminaristes que j'ai rencontrés sont de Florès, alors que leurs grand parents ont été élevés dans le culte de l'esprit de la nature et autres exotismes.

Comme je l'ai dit, officiellement aucune religion n'est avantagée: il y a des jours fériés pour les fêtes des grandes religions, le port de tout signe religieux est autorisé (ils sont libres, eux!),... Mais dans les faits, l'islam prend une place prépondérante, et cela va en s'accroissant: alors qu'il y a vingt ans ce n'était pas envisageable, maintenant il y a de temps en temps des églises qui explosent, il devient plus difficile d'obtenir un permis de construire pour une église dans certaines régions, des barbus viennent d'Arabie Saoudite et ouvrent des écoles coraniques... On sent aussi une tension dans l'islam: d'un côté, les restaurants restent très fréquentés à midi pendant le ramadan (un voile pudique cache la salle à manger de la rue), et de l'autre, on voit des femmes voilées jusqu'au bout des ongles. Il parait que c'est nouveau.

Les indonésiens sont communautaristes, aussi: à la banque, c'est plus simple pour moi d'ouvrir un compte si je vais chez le "conseiller clientèle" catho. A l'immigration, depuis qu'il n'y a plus de chrétien qui y travaille, on a le plus grand mal du monde à faire prolonger les visas, quand on choisit un restau ou un magasin, on préfère ceux de sa religion... Mais ce n'est pas un sujet de tension dans la vie courante entre les communautés. C'est vécu de façon naturelle.

Mais à l'avenir, avec la nette radicalisation de l'islam (ou doit-on dire un retour aux fondamentaux de l'islam?), cette "coexistence pacifique" n'est plus du tout certaine, et il est possible que les tensions s'accroissent. Déjà, le Timor oriental, catho, a obtenu son indépendance. L'indonésie vient d'ailleurs de reconnaître qu'elle les avait massacrés volontairement. Des transmigrants arrivent en Papouasie soutenus par l'Etat et créent de vraies tensions...


Voilà, c'est plus clair? Des questions?

Aucun commentaire: