Une erreur est survenue dans ce gadget

vendredi 4 juillet 2008

Première odeur, première couleur

Ça y est, je suis arrivé. Voyage sans surprise. Le père Henri, missionnaire MEP a Tanjung Pinang est venu me chercher a l'aéroport avec un autre prêtre français, ancien d'Indonésie, qui prépare en ce moment les JMJ pour 240 français du diocèse de Créteil. Un couple de chrétiens de Singapour nous a conduit de l'aéroport au port ou nous avons pris le bateau pour Tanjung Pinang.
Après deux heures de traversée, arrivée tant attendue en Indonésie, de nuit, vers 20h. Première odeur, c'est la même que celle de la malle a déguisements de Kerguelavan! Première couleur, la pénombre, à cause des lampadaires qui ne marchent pas. Et première sensation, la moiteur et l'humidité de l'air.
Le chauffeur de la paroisse est venu nous chercher... en corbillard! Traversée de Tanjung Pinang by night, ville qui semble vivante et agréable, pas particulièrement pauvre, mais ne vivant de (presque) rien. Les grandes rues sont vivantes, il y a une multitude de petites motos et quelques voitures.
Le foyer, en revanche est plus modeste; l'équipement y est très sommaire. Mais c'est propre (en tout cas en ce moment, car les enfants sont en vacances). Je suis accueilli par Laurent, volontaire qui est là depuis deux ans et ne va pas tarder à rentrer en France. On fait le tour du propriétaire: une grande salle, coupée en deux par des armoires, qui sert d'un côté de salle à manger, et de l'autre de salle d'étude, une cuisine, une sorte de "lavoir" qui sert pour la douche des enfants et leur lessive, une chapelle et quelques pièces au rez-de-chaussé. A l'étage, un grand dortoir pour les enfants, des chambres pour les volontaires donnant sur un grand balcon privé qui sert en fait de petit salon. Voilà pour la description dans les grandes lignes. Photos peut-être plus tard.
Le temps est très humide, je me sent collant et sale, c'est pas très agréable. Ce matin, Laurent m'a fait faire un petit tours en ville avec la moto des volontaires; on est allé prendre un petit dej dans une sorte de boulangerie, puis on est allé au presbytères retrouver les deux pères dont j'ai parlé plus haut.
La première impression de l'Indonésie et des indonésiens est positive: cela semble un peuple joyeux, doux, agréable. Un blanc, c'est rare à Tanjung Pinang, donc on ne passe pas toujours inaperçu, mais on ne se fait pas embêter.

Aucun commentaire: