Une erreur est survenue dans ce gadget

lundi 13 octobre 2008

Remise des bulletins.

Samedi avait lieu la remise des bulletins de demi-trimestre. La remise ne se fait pas comme en France. C'est une journée complète durant laquelle les cours sont tous annulés. Les enfants doivent venir avec leurs parents, ou un représentant de ceux-ci - en l'occurrence moi - , et, si le paiement de l'école est à jour, le professeur principal remet le bulletin et le commente au parent et à l'élève assis en face de lui. L'inconvénient c'est qu'on fait pas mal la queue avant de passer (surtout, quand, comme moi, on a sept enfants au lycée à aller checker). Mais ça me semble assez pédagogique d'avoir ensemble le prof, le parent et l'élève. Ça évite pas mal de pipo et de malentendus. Et puis, c'est assez formel, ça donne un peu d'importance à la chose.
Avec les bulletins, il y avait bien entendu les notes. Première fois que j'ai pu voire précisément le niveau des élèves. Et là, surprise, j'ai pu vérifier à grande échelle (48 cobayes, tout de même) une loi de la nature apprise grâce à papa mais que je n'ai jamais voulu croire: il y a une corrélation entre la quantité et la qualité du travail individuel (concentration, application, persévérance...) d'une part, et d'autre part le niveau des notes!! Si, ce n'est pas un mythe! Prenez-en note, jeunes lecteurs.* Le niveau des jeunes du foyer est très hétérogène. Si certains s'en sortent très honorablement, un gros groupe a des résultats assez inquiétants. Comment leur faire comprendre qu'il faut qu'ils travaillent un minimum pour réussir?

Un gros point d'interrogation aussi: tous, même ceux qui ont globalement des bons résultats, sont nuls en anglais. Qu'ils soient nuls en tout, soit, mais en anglais, je ne comprend pas: ils ont la chance d'avoir chez eux deux des très rares occidentaux de la province, qui leurs donnent des cours d'anglais supplémentaires; bref, ils vivent dans un milieu ou l'anglais est tout de même bien plus présent qu'ailleurs (ce qui n'est vraiment pas très difficile), et ils sont nuls. Dommage.



*Je vois déjà des parents imprimer ce message et le lire à haute voix lors du dîner familial, qui, pourtant si bien entamé, va finir dans les larmes et les claquements de porte. ;-)

1 commentaire:

Anonyme a dit…

J'en connait d'autres qui ont pris beaucoup de cours d'anglais avant d'obtenir leurs premiers résultats...
Papa