Une erreur est survenue dans ce gadget

vendredi 29 août 2008

Ex-governor gets 4 years

Trouvé dans la presse indonésienne anglophone, cet article parle du thème le plus banal qui soit dans les médias d'information indonésiens, la corruption. Ici, c'est l'ancien gouverneur des îles Riau (c'est-à-dire chez moi) qui a été pris la main dans le sac...

Irawaty Wardany , The Jakarta Post , Jakarta

The Corruption Court has sentenced Saleh Djasit to four years in prison after finding the former Riau governor guilty of embezzling Rp 4.7 billion (US$5.1 million) in the 2003 procurement of fire engines for the province.
Saleh, now a member of the House of Representatives' Commission VII overseeing mining and environmental affairs, was blamed for illegally approving the purchase.
"The defendant is proven legally and convincingly guilty of committing collective graft to enrich other people and a corporation," presiding judge Moefri told the court Thursday.
Saleh was also fined Rp 200 million ($21,869).

The court sentenced former Makassar mayor Baso Aminudin Maula to four years in jail last March in the same case.
The graft case also implicates businessman Hengky Samuel Daud, who is at large, former Medan mayor Abdillah and his former deputy Ramli.
The Corruption Eradication Commission (KPK) is developing its investigation into the case, which evolved around an official circular issued by then home minister Hari Sabarno in 2003.
The circular appointed Hengky's company PT Istana Sarana Karya the sole provider of fire engines for several regional administrations.
The then director general of regional autonomy Oentarto Sindung Mawardi, who drafted the circular, admitted to receiving Rp 25 million from Hengky.
Oentarto has also been named a suspect in the case, but his former boss has not.
KPK questioned Home Affairs Minister Mardiyanto on Wednesday as a witness in the case. The Central Java administration under Mardiyanto procured three fire engines based on Hari's memo. Mardiyanto said the procurement was in accordance with his authority.
Saleh told the court he issued a deposition for the direct appointment of Istana to procure the fire engines based.
In his statement, the judge said corruption was a formal offense, which meant the action was punishable regardless of its effects.
"If an action can or may lead to state losses, it can be said a crime has taken place," he said.
He said that because of Saleh's decision to directly appoint Istana to supply the fire engines, he had enriched former Riau administration secretary Aswar Wahab, a Riau legislative member Sudarman Ade, Zaidir MN and Oentarto, who received money amounting to between Rp 20 million and Rp 45 million from Hengky.
Saleh's request to unfreeze his accounts in several banks was rejected by the judges, who said the accounts were not part of the case's evidence and thus outside the court's jurisdiction.
Both Saleh and his lawyers asked for time to decide on whether to appeal the verdict.

Nouvelle rubrique

J'ai mis en ligne des albums de photos, en bas de la colonne de droite. Bon diaporama!

jeudi 28 août 2008

Photos et cartes

En rangeant un peu le bureau, cette après-midi, j'ai retrouvé un ensemble de cartes postales et de photos des monuments de Paris. Plutôt que les laisser en vrac dans leur tiroir, je les ai mis sur le mur, pour décorer. Et il se trouve que cela plaît beaucoup aux jeunes qui posent beaucoup de questions et sont très intéressés par ces images. Alors, n'hésitez pas, envoyez de belles photos ou cartes postales de paysages et monuments; ça leur ferra très plaisir et en plus c'est un bon moyen de leur ouvrir l'esprit et de leur faire réviser la géographie ;-)

mardi 26 août 2008

Séisme en Indonésie, pas de victime

D'après l'AFP sur lefigaro.fr

Un puissant séisme de magnitude 6,6 est survenu aujourd'hui au large de l'île indonésienne de Java et une alerte au tsunami a été déclenchée, ont annoncé les services de météorologie locaux.

L'épicentre du séisme enregistré à 10h07 locales (03h07 GMT) a été localisé à 125 km au nord-ouest de Ujungkulon (province de Java Ouest), selon la même source.
Aucune victime ni dégâts n'ont été rapportés dans l'immédiat.
Cependant, la profondeur relativement faible de la secousse (20 km) est susceptible de générer un tsunami, ont indiqué les responsables indonésiens.
L'Observatoire géologique américain (USGS) a quant à lui évalué la magnitude du séisme à 5,8 et situé sa profondeur à 43 km.
Les tremblements de terre sont fréquents en Indonésie, un immense archipel de milliers d'îles et d'îlots situé sur la "ceinture de feu" du Pacifique.

lundi 25 août 2008

Sortie à la mer

Dimanche on est allé à la mer, sur la Plage de Tricora, une des plus belles de Bintan, parce que assez sauvage, et surtout pas du tout fréquentée par tous les touristes singapouriens ou occidentaux . Voici quelques photos.

samedi 23 août 2008

Le temps qu'il fait

Aujourd'hui il n'a pas fait très beau; même plutôt moche...

Rudi

Rudi est venu au foyer. Rudy, c'est un "ancien", après avoir fait tout son secondaire à Tanjung Pinang, il a quitté le foyer l'année dernière pour faire des études supérieures à Jogja. Il est revenu pour témoigner devant les jeunes du foyer de sa vie, de son parcours. Il les a vraiment interpellés parce que c'est l'exemple type de réussite accessible grâce au foyer et aux MEP: il vient d'une famille très pauvre, et quand il est arrivé au foyer, encore enfant, il avait vraiment besoin d'être encadré. Maintenant c'est un gars solide dans ses convictions, droit et courageux. Grace à l'aide des MEP il peut faire des études supérieures et espérer vivre mieux que ses parents.
Ce qui est agréable, c'est qu'il est reconnaissant: il revient et tente de pousser les autres à aller dans la même direction que lui. Ses propos ont reçu un bon accueil. Espérons qu'ils ne soient pas oubliés trop vite...

vendredi 15 août 2008

Sortie à la plage

L'autre soir, on est allé à la plage. Mais pas n'importe comment. On est allé à un endroit qui est en fait un lieu de prière et de méditation pour la population de la région. Tous les trente-cinq jours (c'est à dire quand le calendrier javanais coïncide avec le nôtre), des milliers de personnes se retrouvent là pour un rassemblement qui ressemble à la cour des miracles: dans le sanctuaire pullulent les prostituées et les mendiants, tout autour les petits vendeurs: untel des pétales de fleurs pour la prière, tel autre quelques plats à manger sur le pouce, plus loin des charlatans qui vendent de tout: un produit dépilatoire à base de scorpions, une huile d'arbre magique vendue par un papou en grande tenue, Viagra bio, hachoir multifonction (j'ai vu les mêmes boulevard Haussemann à 19€, ici ils sont à 15000Rp, environ 1,1€), produit très louche pour laver les yeux...
Instants très agréables de plongée en plein coeur de la culture indonésienne: bien qu'il y avait plusieurs milliers de personnes, je n'ai pas vu un seul blanc!

jeudi 14 août 2008

Dîner et karaoké

Nicolas, un ancien volontaire MEP est à Jogja ces jours-ci. Etant lié d'amitié avec plusieurs profs de mon école, il m'a offert l'occasion de les retrouver en dehors de ce cadre. On est allé diner dans un petit restaurant très sympa: pour manger on est dehors, assis par terre, sur un ponton en bois surplombant un joli petit lac. On mange avec sa main droite. Sur la photo, vous voyez Nico, Tures, Agnes, ma prof principale, et moi.
Après le diner, on a retrouvé d'autres gens (les mariés dont je parle dans un article précédent, et deux français) pour aller au karaoké. Les Indonésiens sont fans de karaoké; ils chantent en permanence. Mais là on est allé dans un truc que je ne connaissais pas: c'est un endroit on l'on loue à l'heure un petit salon équipé d'un canapé, d'un ordi et une télé pour choisir les chansons que l'on veut chanter, deux micros et deux gros baffles. On chante ce qu'on veut à tue tête, le plus souvent mal. (quoi qu'il faille avouer que les javanais chantent bien!). C'est très marrant. Une façon de découvrir les hits de la pop indonésienne: grâce à eux j'ai appris au moins un mot, qui revient à chaque fois: cinta, l'amour.

Expériences culinaires, suite.

Après le chien il y a maintenant quelques semaines, il m'a été donné Lundi de découvrir une autre particularité culinaire de l'Indonésie: le Cobra.
Jean-François, père MEP, a invité Lundi soir tous les volontaires, (Fanny & Renaud, Anne-Charlotte & Gwénolé, Nicolas et moi) actuellement à Jogja dans un restau pour gouter ça. Je n'en fais pas tout un plat, mais c'est bon. Ça ressemble à du calamar, mais en plus tendre et plus fin. C'est préparé de plein de façons différentes, et du coup, c'est assez varié. Ce qui est dommage, dans la préparation, c'est que le cobra est complètement démembré et coupé en petits morceaux, et, du coup, on ne sait pas que c'est du cobra...
Sur les photos, vous voyez l'un des plats et mon assiette.
Bon appétit!

lundi 11 août 2008

Le cimetière d'Imogiri

Ce matin, j'ai encore fait une sortie de classe, à Imogiri. C'est une sorte de cimetière ou reposent les sultans javanais que l'on adore encore. Le lieu en lui-même ne représente pas un intérêt extraordinaire, mais ce qui est marrant c'est tout le floklore que l'on met autour. D'abord, il faut être habillé dans la tenue traditionnelle de Java pour pouvoir entrer. On en loue à l'entrée. Ensuite, dans le "sanctuaire", on est pieds-nus, sans bague ni apareil photo, et on peut alors pénétrer dans d'étranges maisons sans fenêtre et avec une porte faisant moins d'un mêtre de haut: une façon d'être obligé de se courber en entrant chez le sultan. Celui-ci repose dans une pièce sans ouverture, éclairé seulement de quelques bougies. On sent des odeurs de parfums, d'encens, et l'on dépose - dans la pénombre - des pétales de fleurs sur sa tombe. L'ambiance est très spéciale. C'est marrant! Dommage que l'on ne puisse pas prendre de photos...

Un mariage catholique à la javanaise

Ça ne vous a pas échappé, je suis depuis maintenant trois semaines sur l'île de Java. Java est l'une des grandes îles de l'Indonésie, qui a gardé une culture propre très forte: le javanais est encore une langue couramment parlée par la population, le "folklore" et les traditions sont très vivaces.
J'ai eu la chance ce week-end de pouvoir être plongé dans l'une de celles-ci, le mariage.
J'ai en effet et été invité par Nicolas, un ancien volontaire MEP, à son mariage avec Siwi, une prof de mon école de langue. Nicolas est français et Siwi indonésienne, javanaise. J'ai donc pu suivre les différents et nombreux rites d'un mariage javanais.

Tout d'abord, Vendredi a eu lieu chez Siwi une grande soirée de prière autour du couple. Jusque là, à part la foi, rien d'extraordinaire.

Samedi après midi, encore chez Siwi, a eu lieu un petit rite assez particulier: autour de quelques invités (seulement les proches et les voisins), les deux mariés ont été aspergés d'eau par leurs parents (un peu près de la même façon que pour un baptême), puis on leur a coupé une mèche de cheveux. C'est une façon de montrer qu'ils se purifient et renoncent à la part de Mal qui est en eux avant de se marier. Après cela, les parents convient tous les invités à venir prendre un bol d'un met très spécial (une sorte de riz gluant qui a un goût de pâté sucré), donné en échange d'une pièce en terre cuite. Là, je n'ai pas très bien compris le sens de ce geste.

Le soir, toujours chez Siwi et avec les mêmes personnes, une autre cérémonie a lieu: On apporte en procession plein de cadeaux fait par les parents du marié à la mariée et aux parents de celle-ci. Le chef du quartier fait un discours, puis les parents des mariés aussi pour se présenter mutuellement officiellement. Durant cette petite cérémonie, on est habillé de façon traditionnelle: superbes vêtements pour Siwi, son mari et leurs parents et chemise en "batik" pour les invités.

Le mariage en lui-même est célébré par un prêtre MEP en indonésien le Dimanche midi lors d'une messe ou sont conviés la famille et les amis proches. Là, le rite est le même qu'en occident, mis à part une belle curiosité: les deux futurs mariés s'agenouillent devant leurs parents et beaux parents pour leur demander devant Dieu leur bénédiction et leur autorisation pour ce mariage.

L'après-midi est libre (le temps en fait que les mariés se changent; il faut plusieurs heures pour coiffer et maquiller la mariée), et le soir une petite fête est donnée ou là plein de monde est invité. Si on était une quarantaine Samedi et une soixantaine à la messe, il parait qu'il y avait mille personnes à cette réception. Celle-ci débute à 18h30 et se termine à 20h30. Rien à voire avec chez nous: ici on vient, on paie sa contribution à l'entrée, on fait le queue pour saluer les mariés et leurs parents qui sont habillés dans des costumes superbes, on mange au buffet (bon, d'ailleurs, mais sans extravagance), puis on part. C'est tout. Pas de nuit de fête, de dîner extraordinaire... Mais la beauté des costumes et des décors suffit à rendre ce moment magnifique!

mercredi 6 août 2008

Sortie de classe

Comme on a été sage en classe, la maîtresse a organisé une sortie. On est parti ce matin à trois classes (c'est à dire trois élèves), pour visiter Borobudur.
Borobudur, c'est l'un des plus grands (si ce n'est le plus grand) monument bouddhique du monde. Il a été construit il y a fort longtemps, et, après une longue période d'abandon, et de ruine progressive, il a été restauré par l'Unesco au XXe siècle. Ce qu'on peut voire, maintenant, c'est une sorte d'immense pyramide à la base carrée et au sommet rond, décorée de 500 fresques décrivant la vie de Siddhartha. Vous connaissez pas ce mec???? Pourtant il est hyper connu; son nom de scène, c'est l'éveillé, le Bouddha. lol. Je vous passe toutes les explications historiques sur le monument et philosophiques sur le Bouddha, vous trouvez tout ce que vous voulez sur Internet.
Sinon, ce soir j'ai fait quelques courses de bouquins: je me suis acheté une photo du Paus, une biographie-BD de Saint Tarsisius pour le foyer, et une Bible en Indonésien. Je sais, je suis trop ambitieux; et d'autant plus que j'ai feuilleté des livres d'indonésien niveau CP-CE1 et que j'aurais même pas eu 10/10 si la maîtresse m'avait demandé de faire les exercices...
Je me suis aussi acheté des tongs:

lundi 4 août 2008

Une photos, des gens

Comme c'est très demandé, voici une photo. C'est celle du groupe M.E.P. en Indonésie durant la retraite. Je ne présente pas tout le monde. Je dis juste qu'il y a sept prêtres, deux couples, que les religieuses ne sont pas des M.E.P., que celle habillée en trappistine est celle qui nous a prêchée la retraite, que celui qui met ses lunettes c'est le père Henri de Tanjung Pinang, là où est ma mission.

dimanche 3 août 2008

Photos

J'ai rajouté quelques photos sur des articles anciens. Pour les consulter, descendre sur la page. Pour mieux les voire, double-cliquer dessus.

Déjà un mois...

Hier, en rangeant quelques papiers dans ma chambre, j'ai retrouvé mon passeport, je l'ai ouvert, et, surpris, j'ai pris conscience que cela fait exactement un mois maintenant que je suis arrivé en Indonésie. Je n'ai vraiment pas vu le temps passer. Il est vrai que j'ai pas mal bougé (Tanjung Pinang, Batam, retraite, Yogya). Probablement qu'une fois les cours terminés et installé réellement au foyer le temps avancera enfin moins vite. Je dis enfin, car les heures filent et donnent l'impression que je ne fais que survoler les choses que je voudrai connaître en profondeur. A la fois c'est bien, puisque ça veut dire que je me plaît ici, mais en même temps, c'est frustrant: il y a des gens que je ne croiserai plus et avec qui je n'ai pas pu avoir tous les échanges que j'aurais voulu...
Je ne reviens pas sur les trois premières semaines. Les articles précédents suffisent. Cela fait maintenant une semaine que je suis les cours intensifs de langue dans une école spécialisée qui accueille surtout des occidentaux (Français, Anglais, Néerlandais, Américains). Un rythme se prends, qui devient routine agréable: lever matinal, douche - froide, ici il n'y a pas d'eau chaude - , laudes puis messe avec les séminaristes, petit déjeuner, quinze minutes de vélo pour aller à l'école, cours jusque quinze heures, puis reste de la journée libre: soit je me joins aux autres élèves de l'école pour une activité (on doit être tout au plus une quinzaine), soit, le plus souvent, je rejoins les séminaristes dans leurs activités dans et autour du séminaire. C'est l'occasion de parler indonésien avec des jeunes toujours prêts à m'aider à mieux m'exprimer. D'ailleurs, mon expression s'améliore. Mon vocabulaire s'enrichit: maintenant je peux m'exprimer correctement pour les besoins de la vie courante. Mais je ne maîtrise que les bases de la langue; je ne peux pas nuancer mon propos ni exprimer toutes mes idées, j'en suis encore même loin. De leur côté aussi les séminaristes, maîtrisant le plus mal le globish ne peuvent pas me dire tout ce qu'ils veulent. C'est frustrant mais ça motive d'autant plus pour travailler...
Cette semaine, donc, mise à part le cours, je suis allé au marché local. Ce n'est finalement pas très dépaysant, les marchés français, s'ils sont plus propres, restent assez similaires. J'ai aussi testé plein de trucs à manger, plus ou moins bons, mais dans l'ensemble les surprises sont bonnes. Il faudra d'ailleurs que je fasse un jour un article rien que sur les jus de fruits qui à eux seuls justifient un voyage depuis Paris ;-) Je suis aussi allé visiter le centre touristique de la ville - le "Kraton" - qui est un quartier dans lequel vit un ancien Sultan. Je n'ai pas très bien compris quel est son rôle politique actuellement, mais en tout cas c'est un personnage très respecté de la population, et qui doit avoir une influence sur la vie de la région. Cette après-midi, je dois encore aller à Malioboro, un autre quartier de la ville.
On m'a demandé de mettre plus de photos. Je vais faire mon possible pour ça, mais le "haut débit indonésien" n'est pas très haut...